C'est à peu près ce qu'a dit le Président du Conseil Général hier, en réaction soit aux dernières propositions d'Yves Jégo, soit aux propos de Monsieur Radjou, du conseil économique et social, qui tentaient une ouverture pour mettre fin à un blocage paralysant la Guyane depuis désormais plus d'une semaine.

L'essence est donc dramatiquement chère en Guyane (1,77 € le litre d'essence, 1,55 celui de gas oil) ; l'Etat, ici, ne prélève pas de taxe sur ce prix. D'un montant d'environ 70 centimes le litre, elle est prélevée par le Conseil Régional qui en reverse ensuite une partie aux autres collecvités. Le gouvernement a réussi à obtenir des "pétroliers" une remise de 30 centimes le litre ; par rapport au 50 centimes exigés par les consommateurs, il manque donc 20 centimes, qu'Yves Jégo demande à la Région de lâcher, avec une compensation de 10 millions euros.

Les élus ne veulent donc pas céder en acceptant cette proposition ; ce conflit est l'occasion finalement pour la guyane de faire parler d'elle, de ses difficultés... Il est évident que la situation économique y est explosive, que le taux de chômage y est énorme (30 %), que celui du Sida est phénoménal, que le coût de la vie y est quelque peu élevé, que la tension interethnique y est palpable, que l'orpaillage renforce l'insécurité. La "lutte" engagée dépasse donc le problème du coût des carburants ; on peut le comprendre...

Le Président du Conseil Général de Guadeloupe vient d'apporter son soutien aux manifestants en faisant un tour sur les barrages hier ; cela va-t-il élargir le conflit aux Antilles ? Si oui, quel bénéfice pour la Guyane ?

Si vous voulez vous tenir au courant, je vous conseiller d'aller écouter Radio Guyane sur Internet : http://radio.rfo.fr/index-fr.php?page=accueil&radio=1 ; vous pouvez aussi allez regarder le journal sur le site de rfo : http://www.rfo.fr/v4_player_jt.php3?ids=4 (c'est le journal d'hier, dimanche 30).

Parce que les guyanais se plaignent, à mon sens à juste titre, que leur mouvement n'est pas relayé, que "tout le monde s'en fout" en métropole ; c'est sans doute l'une des pierres d'achoppement de ce conflit, le peu d'intérêt apparemment manifesté par les médias pour le sujet.

A bientôt ; bonne journée à tous !