, Non non, rassurez-vous, nous ne sommes pas encore entrés en saison des pluies en Guyane (quoique... dimanche matin, une "hénaurme" averse nous l'eût quasiment fait croire !).

Une amie, nous l'appellerons Véronique B., m'a envoyé récemment un livre de Benoît Duteurtre, "les pieds dans l'eau", édité en juin 2008 chez Gallimard. Tout cela pour me rappeler qu'il existe, bien loin, à l'est du nord de l'amérique du sud, des contrées touchées par d'autres saisons aqueuses, pensez-vous ?

Point du tout (jamais elle n'aurait osé !!!) : l'histoire se déroule autour d'Etretat, très belle bourgade de Seine-Maritime, en Haute Normandie ; c'est amusant, le dernier livre dont je vous parlais, "les déferlantes" de Claudie Gallay, avait pour cadre la Basse Normandie, une Basse Normandie emplie - dans le livre - de gens simples. Ce qui n'est pas vraiment le cas des pieds dans l'eau ; l'auteur est descendant de René Coty, qui fut président de la république en des temps antérieurs. Il se penche longuement sur les rites et coutumes issus de cette origine. Il s'étend également sur les galets d'Etretat dont il nous fait rencontrer les nonchalants habitués, en opposition avec les gens de la campagne, nettement plus... "simples".

J'ai aimé ce livre en ce qu'il me rappelle Etretat et les innombrables balades que nous y fîmes "autrefois" ; je ne l'ai pas du tout aimé en son approche des cauchois, auxquels il ne rend, à mon sens, pas honneur. C'est normal, il se sent nettement plus parisien, tout en étant très attaché aux souvenirs familiaux, nostalgique d'une époque révolue. Je comprends qu'un descendant de Président ait besoin de sa page de mémoire. Mais le pays de Caux, je vous assure, c'est tout autre chose ; j'en connais quelques habitants, ils sont solides et fragiles à la fois, de vrais hommes et femmes, peut être simplement moins habitués que Benoît Duteurtre à l'art de manier la plume.

J'ai donc été un peu déçue par ce texte ; parce que je pense qu'un peu plus de temps aurait permis à l'auteur de mieux faire aboutir son propos, quelque part sympathique malgré tout.

Très bientôt, je vous envoie des photos. J'en ai fait beaucoup au cours de ces dernières semaines, dont deux de pubs d'Air Caraïbes qui se positionne face à Air France pour Paris-Cayenne et qui pour le montrer a réalisé deux très belles affiches, l'une montrant un mouton paresseux agrippé à une station de métro, l'autre un ara face à la Tour Eiffel : belle réussite qui estompe la distance !

Bonne soirée à vous.