Bonsoir, à nouveau !

Vous devez lire "dans la main du diable" d'Anne Marie Garat, si vous ne l'avez point encore fait.

Sorti chez Actes Sud en 2007, il vient d'être édité en édititon de poche, chez Babel  de l'éditeur précité (qui souffle ses trente bougies... bravo pour la qualité de la "ligne éditoriale", Hubert Nyssen et les autres !!!). Dépêchez vous, c'est le moment, juste avant de partir en vacances... Il ne coûte "que" 12,50 € (bon, en métropole, cette fois !), pour ses 1287 pages : pas trop cher la page (je vous laisse faire le calcul, c'est épuisant !).  On retourne cent ans en arrière, à la veille de la première guerre mondiale, pris dans un maëlstrom d'évènements, de personnages, de bons et de méchants, les pages filent trop vite, les paysages sont beaux, l'histoire historique (je n'ose imaginer le temps consacré à faire les recherches permettant la résurrection de ce début de siècle, précisions sur la vie parisienne, l'avènement de la voiture, mais aussi du téléphone, le style de vie des quartiers huppés, les décors des bas quartiers, le rythme d'une "bonne maison" de campagne (à 20 kms de Paris !) ; il n'y a pas "que" cela dans cette oeuvre, il y a une facette terrifiante qui fait d'Anne Marie Garat une parfaite auteure de polars, même si on ne veut pas - les amateurs me pardonneront - réduire ce roman au rayon des polars, tant il nous fait penser à Zola (en moins trivial, certes, mais...).

Et si je vous dis que vous devez le lire, c'est parce que vous n'avez sutout pas le droit de lire avant "L'enfant des ténèbres", écrit également par Anne Marie Garat, sorti en avril 2008 chez Actes Sud : je sais, c'est tentant, mais on retrouve ici des personnages de "dans la main du diable" : alors... 

... je vous quitte pour ce soir !