Le Président de la République française est arrivé ce matin en Guyane et s'est envolé, après un petit tour en la résidence de Monsieur le Préfet, sans doute, vers Camopi, commune située au sud de la Guyanbe, sur le fleuve Oyapock, frontière avec le Brésil. Discours assez long sur la situation de la Guyane (3/4 ans d'espérance de vie de moins qu'en métropole, nombreux cas de tuberculose, de lèpre...) ; insécurité qui, bien qu'elle ait régressé (?), est une priorité, problèmes innombrables liés à l'orpaillage clandestin : la Guyane dans le rôle de Mère Grand a reçu un joli panier bien garni de la part du Petit Chaperon Rouge... annonces de 1000 hommes qui viendront gérer les problèmes d'insécurité "aussi longtemps qu'il le faudra", annonce de la prochaine visite de la ministre de la Santé pour aborder les problèmes essentiels, prise de conscience apparente de la situation de la Guyane. Bon, c'est beau les discours, maintenant on attend la mise en oeuvre, et j'imagine que c'est loin d'être simple !

Le pourquoi de Camopi pour un discours ? Camopi a voté à... 73 % pour lui aux présidentielles !!! Il va falloir en clôner les habitants, donc ! (it's a joke...)

Voilà, pour vous plonger dans la réalité de la journée, quelques photos prises... à la télé : ce matin à la maison, je n'ai pas résisté d'en saisir quelques unes pour vous les faire partager ; le président avait manifestement... très chaud... Faut dire qu'après un voyage nocturne, un petit saut de puce sur l'Oyapock, on peut ne point être trop en forme ! Au dessus de nos tête, tout à l'heure, ballet d'hélicoptères, retour de l'est sans doute pour manger "quelque part" avant une visite à Kourou cet après-midi et un discours en fin d'après midi.

Bon, si quelque chose de constructif peut sortir de ce marathon pour la Guyane... on ne va pas bouder, surtout pas !

                         sarkosy1 sarkosy2
                         sarkosy3 sarkosy4

Voili, voilou, c'est le fleuve Oyapock derrière ! J'aurais pu vous mettre toute une série, mais je pense que c'est bon comme cela... Si je suis inspirée, je vous en renverrai plus tard. En attendant, je repars bouquiner puisque je ne travaille point aujourd'hui !