... pour ce soir, rassurez-vous ! (le titre n'était que pour la rime - riche, as usual ! -

Entre deux livres que j'ai envie de savourer, je prends souvent des polars, de préférence en poche au regard du prix ! Je viens de finir, d'Analdur Indridason, écrivain islandais d'une bonne quarantaine d'années, "La voix". J'aime plutôt bien les auteurs du nord de l'Europe, ils mettent en scène sans concession des "acteurs" de la vie quotidienne ; et, indridason, j'aime généralement vraiment bien parce que son héros, le commissaire erlendur sveisson, est généralement très crédible. Bon, j'imagine qu'Indridason n'était pas au mieux de sa forme en campant erlendur pour cet épisode, ou qu'il en a assez du personnage, parce qu'il n'est ici guère crédible. Un hôtel, de luxe, absorbe le meurtre de son Père Noël dans une indifférence totale. Erlendur mène l'enquête - assez mollement, il rencontre une femme, l'invite, hésite... -, les suspects n'ont qu'un contour flou et insipide : vous l'aurez compris, je n'ai pas vraiment aimé. Il a été édité par les éditions Métailié  en 2007.

Malgré des longueurs et moultes invraisemblables, j'ai largement préféré "Transparences", d'Ayerdhal qui, son nom - plutôt son pseudonyme - ne l'indique pas vraiment, est français. Une partie du "thriller" se déroule dans la région lyonnaise, mais l'auteur, ou plutôt Stephen son gentil héros, nous fait voyager dans nombre de pays, à la recherche d'Ann X, soupçonnée d'avoir trucidé mille personnes... Evidemment, rien n'est si simple, et l'excessive complexité de ladite Ann ainsi que l'agilité d'esprit de Stephen nous dévoilent un auteur particulièrement adroit et psy tout ce qu'on veut. Le monde - des fois qu'on en douterait - nous est dépeint dans des tonalités très sombres, l'âme humaine est insondable... Presque 600 pages pour ce livre, qui se lit très vite parce qu'on a - même si on la devine - envie de connaître la fin de l'histoire !!! Outre les personnages de Stephen et d'Ann, un peu "trop", celui de Simon reste beaucoup plus crédible : vraisemblablement, tout à fait voulu par l'auteur, qui est plutôt bon dans sa construction !

Un petit dernier : "Psycho", de Richard Montanari, traduit par Fabrice Pointeau au Cherche Midi en 2007. Malgré un milieu assez glauque et des meurtres violents, l'intrigue de ce "thriller" (je mets entre guillements, tant cela m'énerve de voir quasi systématiquement estampillés ainsi les polars : il faut vraiment cela pour les vendre, les bouquins ???). Beaucoup de finesse dans l'évolution de l'enquête, de crédibilité dans l'approche des personnages. Je vous le conseille vraiment ; il plonge les passionnés de cinéma dans des grandes scènes classiques, l'écriture est agréable : n'hésitez pas ; certes, cela n'est ni un agatha christie ni une patricia wentworth mais, notre fred vargas nationale n'étant pas ces temps ci sur le devant de la production éditoriale... nous sommes "condamnés" à découvrir d'autres univers !

Bonne lecture, et à très bientôt ; je me suis retrouvé - voui, voui, à Cayenne ! - un autre des premiers romans de Doris Lessing, je m'y plonge bientôt !

Nous partons passer 48 h à Maripasoula, "la plus grande commune de France" (en taille, seulement !), retrouver un proche qui vient de s'y installer. Si les photos en sont passionnantes, je vous ferai ici découvrir le lieu par la suite.

Les stats de consultation de ce blog ne permettent pas de comprendre vraiment toutes les recherches des "passants" ; il est néanmoins clair que les photos attirent du monde : tant mieux ; n'oubliez cependant point que vous ne pouvez les reproduire - ainsi que d'ailleurs des morceaux de ce fabuleux texte que j'écris en ce moment même - sans mon autorisation... Tout cela est protégé par un droit d'auteur, notion qui hélas s'est révélée déjà ici outrepassée par un lecteur indélicat : je suis plutôt "cool", sauf quand...

Allez, bon dimanche à vous ; bonne grand parade aux cayennais. J'espère qu'elle sera vraiment dynamique et belle ! Nous, pas de bol, on déjeune à Kourou...