... aux mystères des touloulous, il n'y a souvent qu'un pas !

Vendredi soir, nous quittâmes Cayenne en fin d'après-midi pour un double rendez-vous que nous ne voulions pas manquer à Kourou : avec Maud et sa librairie Encrage, située dans le "vieux Kourou", d'une part, et avec Pierre Chambert et son africain de "Dauchez", qu'il devait présenter par le biais d'une petite compagnie de théâtre...

Bon, pas de chance, il y avait eu une erreur dans le libellé de la programmation, qui nous annonçait "les vendredis..." alors que, pour Pierre Chambert, il s'agissait du lendemain ! On s'est vengés sur les livres, j'apprécie le travail tout en finesse de Maud et de ses associés qui offre aux visiteurs une diversité de titres infinimiment délectable ! Oserais-je dire que Cayenne, malheureusement, ne nous propose pas actuellement ce choix qui pourtant serait infiniment positif ? Ne soyons pas pessimiste, je souhaite sincèrement que 2007 voie l'avènement d'une autre politique d'acquisition dans les quelques échoppes cayennaises : et pourquoi pas, après tout ?

Vous savez, c'est comme à la bibliothèque : à la suite d'un litige entre le prestataire nous fournissant les périodiques et le conseil général (je pense que le conseil général est dans son droit, quoique je ne possède pas tous les éléments !), nous n'avons plus de périodiques depuis... janvier 2006... et nous ne sommes pas partis pour en récupérer cette année : c'est totalement fou, alors qu'on sait le prix des abonnements et que nous avons pu constater combien nombreux étaient les visiteurs lisant ces revues, d'une part, et que les statistiques prouvent que le prêt de ce type de documents ne faisait qu'augmenter d'année en année... Stupéfiante révélation : nous ne chercherons peut-être pas à régler ce problème ! et pourquoi, me direz-vous ? (quoique vous ne me disiez pas grand chose !) Parce qu'il n'y a pas de réclémation.......

Je n'ose vous exprimer mon amertume en entendant cela... Si on voulait la mort de la bibliothèque... Plus l'offre s'amenuise, plus les visiteurs se raréfient...

Bon, je voulais vous parler des touloulous, j'ai quelque peu digressé ! Chez Encrage, nous avons rencontré une amie, qui chez elle nous convia prendre un pot ; son logement nous fit visiter... en s'arrêtant devant une porte... "c'est la chambre des secrets"... Sur le lit, de multiples masques, gants et étoles ; dans son armoire, des étoffes chatoyantes laissent imaginer la féerie du bal... Elle nous raconte ses choix, ses soirées, ses rencontres : elle s'épanouit, s'éclatant manifestement dans la danse qu'elle pratique naturellement avec passion depuis sa prime jeunesse. Elle nous raconte comment elle choisit ses danseurs, nous parle des spécificités de chaque dancing ou groupe : elle, elle préfère de beaucoup les Mécènes à "Sa Majesté" Quéquette... Ici, les danses durent très (trop ?) longtemps : quand on est coincé avec un danseur médiocre, voire entreprenant, c'est moyennement sympathique. Là, les partenaires n'offrent pas à boire lorsque la belle sussure "touloulou a soif"... D'accord, les danses sont parfois très suggestives, mais finalement ce n'est pas - la plupart du temps - une danse pervertie...

Aurez-vous compris par là que je ne "fais pas touloulou" ? Attention, lecteurs potentiels : un touloulou ne se dévoile jamais !!!

On entend parfois dire que le Carnaval guyanais est le troisième du monde, ou le quatrième ? Je ne sais, à vrai dire je m'en moque ! Je souhaite que les acteurs de cette période de fête puissent profiter longtemps en toute quiétude de cette manifestation, qui pour certain(e)s est vraiment le point d'orgue de l'année.

Hier, c'était la grande parade de Kourou, moment de bonheur intense pour des milliers de spectateurs : que d'heures de travail et d'exercice pour arriver à ce magique défilé ! La grande parade Cayenne, la semaine prochaine, sera-t-elle à la hauteur, malgré les tensions et les sombres "affaires" ??? Espérons-le, non pour qu'une ville "domine" l'autre, mais pour profiter encore de cette détente offerte par ces groupes heureux de montrer le fruit de leur travail !

A bientôt !